Nous voici dans la partie 5 du Congrès du Sommeil 2019. Après la conférence du Pr Colin SULLIVAN sur le parcours de la PPC, Gael CHETELAT nous parle de méditation pleine conscience. Ensuite 3 intervenants nous parlent de douleur et de sommeil. Entre midi le laboratoire Bioprojet nous présente les travaux sur le traitement de la narcolepsie par le système histaminergique. Ici nous abordons le programme de l’après midi de la première journée. Aussi vous trouverez le plan pour surfer entre la série d’articles sur le congrès en fin d’article.

Les nouveaux capteurs dans l’exploration polysomnographique

Congrès du Sommeil 2019 partie 5
Les capteurs de l’exploration polysomnographique

Ici R. Heinzer, A. WELLMANN et B. FAROUX nous parlent des indicateurs de la polysomnographie. Comme certains indicateurs ne prennent pas en compte certains paramètres, cela fausse un peu l’interprétation des résultats. Par exemple les hypopnées de moins de 3% ne sont pas prise en compte. Cependant, les nouveaux indicateurs devront être testés sur des cohortes existantes afin d’en mesurer la fiabilité et la pertinence avant d’être systématiquement utilisées. B. FAROUX nous indique que des capteurs alternatifs sont mis en place car les capteurs traditionnels sont limités. Par exemple, on peu faire des hypopnées sans ronflements donc le capteur sonore n’est pas révélateur dans ce cas.  Cependant ces nouveaux capteurs peuvent eux aussi avoir des limites. 

Sommeil au féminin Congrès du Sommeil 2019 partie 5

Dans cette deuxième partie d’après-midi, G. POE, P. FRANCO, M.-P. D’ORTHO et S. HARTLEY nous parlent du sommeil féminin. Dès le plus jeune âge, le sommeil féminin est différent du sommeil masculin. Encore plus à l’arrivée de l’adolescence et du cycle menstruel qui influence grandement le sommeil. La phase où la progestérone est prédominante excite et le sommeil est perturbé tandis que le contraire se produit lors de la prédominance des œstrogènes. Les femmes enceintes (toutes les mamans le savent) ont un sommeil très perturbé. Le premier trimestre entraîne beaucoup de fatigue tandis que les trimestres suivants c’est la grossesse et ces symptômes qui perturbent le sommeil. Pas besoin d’étude pour ça, toutes les mamans confirmeront. A la ménopause, le chamboulement hormonale perturbe également le sommeil. 

Rétrospective et perspective dans les troubles du sommeil

Pour conclure la première journée, Y. DAUVILLIERS, J.-L. PEPIN et P. PHILIP nous présentent certaines études mettant en avant les avancées de l’hypersomnolence, le SAS et l’accidentologie. 

Conclusion Congrès du Sommeil 2019 partie 5

Cet après midi de la première journée fût riche en information et se termina aussi sur un délicieux cocktail

 

Jour 1 :

Jour 2 :

Jour 3 : Les ateliers

Write A Comment